Un site, 3 Docobs

1996-1998 : on expérimente

En 1996, les inventaires des sites répondant aux critères scientifiques pour la création du réseau Natura 2000, avaient commencé.
Personne cependant ne savait encore comment gérer ces sites ni comment définir des objectifs et des actions concrètes sur des territoires d’une telle ampleur, avec une telle multiplicité d’activités et d’acteurs.

Une expérimentation a donc été menée sur 35 sites-test (programme "LIFE Natura 2000"), dont le site FR5400-472.

Pour simplifier la démarche, le site FR5400-472, interdépartemental, a été arbitrairement scindé en deux. Le Docob a été élaboré sur le "secteur 1", allant de Saintes à la rivière Né (limite départementale avec la Charente), et jusqu’à Pons sur la Seugne.

2000-2001 : il faut "finir" le site

L’expérimentation des 35 sites pilotes a été un succès. La méthode de concertation développée a été couronnée par la publication du Guide Méthodologique des Documents d’Objectifs Natura 2000 (ATEN, 1998). Elle a été étendue à tous les futurs sites du réseau Natura 2000 français.

Pour le site FR5400-472, il était donc temps d’élaborer le Docob sur le secteur 2 (aval de Saintes jusqu’à St-Savinien et partie charentaise).

2004-2005 : le Coran se rajoute

Pendant ce temps, le processus de création scientifique du réseau européen a continué. La commission européenne a examiné les propositions de sites des Etats membres et demandé suppressions ou rajouts : la France a dû désigner de nouveaux sites pour assurer la préservation d’une espèce au bord de l’extinction : le Vison d’Europe.

C’est ainsi que la vallée du Coran a été ajoutée en 2004 au réseau Natura 2000 proposé par la France, et administrativement rattachée au site FR5400-472.

En 2005, il a donc fallu élaborer un additif au Docob initial, pour ce 3ème secteur (vallées du Coran , du Bourrut et des Sauzaies).

Et dès 1999 : on met en oeuvre

Face au succès de l’expérimentation des 35 sites-test, l’Etat français s’est engagé à ne pas casser les dynamiques locales.

Il a donc créé dès 1999 le Fonds de Gestion des Milieux Naturels (FGMN). Ce fonds est destiné à financer l’élaboration des Docobs sur les tous les sites du réseau français, ainsi que la mise en oeuvre des actions des Docobs validés.

Pour la moyenne vallée de la Charente, le Docob du secteur 1 a commencé à être mis en oeuvre dès 1999, suite à sa validation par le Comité de Pilotage local.

Les secteurs 2, puis 3, sont venus se rajouter au fur et à mesure de leurs validations respectives.