"Chez Landart" : la commune et le CREN restaurent les pelouses calcaires

Un fort intérêt biologique

L'intérêt paysager et biologique des pelouses calcaires des bords de la Charente, sur la commune de Chérac et de St Laurent de Cognac,  est indéniable :

  • pelouse calcaire ouverte sur la Charente sur 15 ha
  • présence de la Crapaudine de Guillon et l’Astragale de Montpellier, plantes protégées au niveau  régional
  • et plusieurs habitats rares en Europe : Pelouses sur dalle calcaire (34.11) et pelouses très sèches (34.33).

Ces milieux sont, de plus, complémentaires à la vallée inondable de la Charente toute proche.

 

Les pelouses calcaires dominent la vallée de la Charente(photo : E. Champion, LPO)

 

Des usages disparus

Autrefois utilisées comme pâtures à moutons, ces pelouses sont aujourd'hui souvent délaissées : certaines pâturées, d’autres abandonnées. Le Conservatoire d'Espaces Naturels (CREN), avec l’appui de la Ligue pour la Protection des Oiseaux coordinatrice de la mise en œuvre du Docob Natura 2000 en mission déléguée de l’Etat, a donc rencontré les propriétaires des pelouses pour leur proposer diverses modalités de conventionnement afin d’entretenir leurs parcelles.

La commune de Chérac s’engage

Après plusieurs mois de discussion, le maire de Chérac a souhaité se lancer dans l’aventure. Après l’accord du conseil municipal, un bail civil de 8 ans a été signé entre le Maire et la présidente du CREN, le 16 novembre 2005, pour la parcelle d'environ 1 ha. appartenant à "les habitants de la commune", sise au lieu-dit "Chez Landart"..

Les objectifs sont d’entretenir les chaumes non enfrichés (environ 0,30 ha), de maintenir les haies actuelles protégeant les habitations et jardins du village, faire découvrir aux enfants de l’école cette nature particulière…

Fin novembre 2005, des travaux de débroussaillage ont eu lieu afin de limiter les buissons et ronciers dans les pelouses et maintenir les arbres et arbustes en périphérie des chaumes. Ce travail réalisé par le Centre d’Aide par le Travail de la Vigerie à St Savinien aura duré une semaine.  

 


29 nov. 05 : chantier de débroussaillage initial réalisé par le CAT sous la surveillance du CREN  (photo : Olivier Allenou, CREN Poitou-Charentes)

En 2005 et 2007, deux opérations de débroussaillage par des entreprises d’insertion ont permis de réouvrir ces chaumes étouffées par la « Palenne » (nom local du Brachypode penné, une graminée très dynamique) accumulée sur le sol, et ce grâce au financement de la DIREN Poitou-Charentes.
 
Au début de l’année 2007, un inventaire réalisé par la Ligue pour la Protection des Oiseaux a confirmé la présence de 3 espèces patrimoniales à conserver : l’Armoise blanche, l’Astragale de Montpellier et l’Aster linosyris).

L'Astragale de Montpellier pourra à nouveau se développer (photo : E. Champion, LPO)

Depuis 2008, le contrat Natura 2000 permet au Conservatoire régional d'espaces naturels de gérer dans la durée cet espace. Un pâturage est envisagé sur une partie permettant de limiter le travail pénible du débroussaillage : les moutons d'une habitante vont reprendre leur place sur ces chaumes calcaires, longtemps délaissés...

Olivier ALLENOU
Conservatoire Régional des Espaces Naturels du Poitou-Charentes